PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

Journée mondiale de la liberté de la presse

Daphne Caruana Galizia

Pour la Journée mondiale de la liberté de la presse, PEN appelle pour que justice soit rendue pour Daphne Caruana Galizia et en faveur de la protection des journalistes et des militants des droits de l’homme qui se battent dans cette affaire

Le 3 mai 2018 - Daphne Caruana Galizia, une éminente bloggeuse et journaliste d'investigation, a été assassinée le 16 octobre 2017 à proximité de son domicile à Bidnija, à Malte, dans un attentat à la voiture piégée la ciblant personnellement. Ces dernières années, Caruana Galizia avait passé une grande partie de son temps à exposer la corruption du gouvernement ; plus récemment, elle avait fait des reportages sur les « Panama Papers », qui ont dénoncé les activités offshore de responsables puissants et d’entreprises importantes à travers le monde. Son blog, intitulé Running Commentary (Commentaires en simultané), qui comprenait des rapports d’enquête sur des hommes politiques maltais, était l’un des sites Internet les plus lus à Malte.

Lettre ouverte de PEN International à la Commission européenne

Pour marquer les six mois écoulés depuis son assassinat, plus de 250 écrivains, éditeurs et membres de PEN ont apposé leur nom à une lettre ouverte de PEN International adressée à la Commission européenne demandant que justice soit rendue pour Daphne Caruana Galizia, et en faveur de la protection des journalistes et des lanceurs d’alertes à Malte, et soulevant des inquiétudes au sujet du comportement de la direction de La Valette, Capitale européenne de la culture en 2018, en rapport à son dossier.

Représailles contre les militants des droits de l’homme maltais

PEN est également préoccupée par les représailles dont les journalistes d’investigation et les militants des droits de l’homme œuvrant pour obtenir justice dans l’affaire de Daphne Caruana Galizia et dans le domaine de la corruption qu’elle exposait font constamment l’objet. Ainsi par exemple, de hauts dirigeants au sein même du bureau du Premier ministre maltais, ont récemment insinué que le fils de Caruana Galizia Matthew Caruana Galizia, lui-même journaliste lauréat du Prix Pulitzer, aurait été de connivence avec les assassins de sa mère. Le Premier ministre Joseph Muscat a également engagé des poursuites en diffamation contre lui. The Shift News, un organe de presse indépendant qui a vu le jour après l’assassinat de Caruana Galizia et a continué un certain nombre des histoires de la journaliste, est actuellement menacé d’une SLAPP (poursuite stratégique contre la mobilisation publique) intentée par le cabinet d’avocats basé à Jersey Henley & Partners qui le paralyserait financièrement ; ce cabinet avait déjà engagé des poursuites juridiques contre Daphne Caruana Galizia avant sa mort.

En outre, Martina Urso, une militante de la société civile issue du groupe de lutte contre la corruption Il-Kenniesa, qui fait campagne pour obtenir justice pour Daphne Caruana Galizia, fait l’objet d’un torrent d’invectives misogynes, notamment de la part de membres de l’administration maltaise et du Directeur artistique de Valletta 18, Mario Philip Azzopardi, suite à sa participation à une manifestation de la société civile à Londres le 20 avril. Urso a fait l’objet de centaines de menaces en ligne, et sa carte d’identité et l’adresse de son domicile ont été fuités depuis un compte Facebook présumé faux et partagés en ligne.

Pour la Journée mondiale de la liberté de la presse, nous réitérons nos inquiétudes concernant l’enquête menée par les autorités maltaises sur l’assassinat de Daphne Caruana Galizia, qui, selon PEN, ne satisfait pas aux normes d’indépendance, d’impartialité et d’efficacité requises en vertu du droit international relatif aux droits de l’homme. PEN International exhorte également les États membres de l’UE à faire tout leur possible pour protéger les journalistes et les militants des droits de l’homme à Malte, et enjoint aux autorités maltaises de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour traduire en justice tous ceux qui sont impliqués dans l’assassinat de Daphne Caruana Galizia.

AGISSEZ :

Écrivez à votre ministère des Affaires étrangères, faites figurez ces informations dans votre courrier, et :

·       demandez que les autorités maltaises garantissent une enquête exhaustive, indépendante, impartiale et efficace sur le meurtre de Daphne Caruana Galizia et les infractions qu’elle a dénoncées ;

·       demandez qu’il y ait un suivi indépendant des poursuites judiciaires à Malte au sujet de l’assassinat et des 34 procès en diffamation intentés contre la succession de Daphne Caruana Galizia.

PUBLICITÉ

Nous encourageons les membres de PEN à :

·       Publier des articles et des éditoriaux dans la presse locale et nationale mettant en exergue l’affaire Daphne Caruana Galizia, ses enquêtes avant sa mort et tous liens avec leur pays ;

·       Organiser des manifestations publiques, lectures publiques, conférences de presse ou manifestations mettant en lumière Daphne Caruana Galizia et les graves préoccupations de PEN concernant l’enquête sur son assassinat et le harcèlement dont sont continuellement victimes les journalistes et militants des droits de l’homme à Malte ;

·       Partager cette action sur leurs comptes sur les médias sociaux.

CONTEXTE

Ces personnes mêmes qui faisaient l’objet des enquêtes de Caruana Galizia continuent d’être chargés de faire la lumière sur ce qui s’est passé, en dépit du recours judiciaire que sa famille a déposé devant la Cour constitutionnelle de Malte, qui a par ailleurs été entièrement exclue de l’enquête sur son assassinat. Nous accueillons par conséquent favorablement l’initiative de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe qui a pris la mesure extraordinaire d’envoyer un rapporteur spécial, le Député néerlandais Pieter Omtzigt, pour examiner minutieusement l’enquête.

Les abus dont est victime Daphne Caruana Galizia aux mains des responsables maltais se poursuivent même après sa mort, et après la publication de la lettre de PEN en date du 16 avril. Le ministre maltais des Affaires étrangères Carmelo Abela a qualifié l’affaire de Daphne Caruana de « tapage ». En outre, PEN a de graves inquiétudes au sujet du fait que les hauts fonctionnaires du gouvernement, et notamment le Premier ministre Joseph Muscat, insistent pour que soient instruits les trente-quatre procès en diffamation contre Daphne Caruana Galizia, désormais à la charge de la famille de la défunte. PEN pense que ces poursuites sont des représailles directes contre le travail d’enquête de la journaliste sur la corruption au sein du gouvernement maltais actuel. Le Premier ministre oblige Matthew à rentrer à Malte pour y être jugé, malgré l’avis d’experts indépendants en matière de sécurité qui lui conseillent de rester hors du pays en raison des menaces substantielles qui pèsent sur sa vie à Malte.

PEN soutient depuis longtemps les écrivains en danger et fait campagne en faveur de la protection de la liberté d’expression. L’Organisation a récemment soumis un rapport conjoint sur la situation de la liberté d’expression à Malte aux Nations Unies. PEN appelle les autorités maltaises à respecter et à protéger la liberté d’expression, les journalistes et les lanceurs d’alertes en conformité avec les normes internationales.

Pour lire cette lettre, cliquez ici.

Pour lire cette lettre en français, cliquez ici.

Pour lire cette lettre en espagnol, cliquez ici.

Pour lire cette lettre en italien, cliquez ici.

Pour lire le récent rapport conjoint de PEN aux Nations Unies sur la situation de la liberté d’expression à Malte, cliquez ici.