PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

Le Comité des écrivains en prison

Image 5

Le Comité des écrivains en prison de PEN International travaille au nom des écrivains victimes de persécutions dans le monde. Il a été fondé en 1960 en réponse aux tentatives croissantes visant à étouffer les voix dissidentes en incarcérant écrivains et journalistes.

Travaillant pour le compte d'écrivains persécutés dans le monde entier, le Comité assure chaque année le suivi des affaires de 700 à 900 écrivains. Le Comité exerce des pressions sur les gouvernements et offre un soutien moral aux écrivains en prison qui peuvent devenir des membres honoraires de Centres individuels. Le comité mobilise l'ensemble de la communauté PEN pour agir à travers ses alertes du Réseau d'action rapide, des campagnes régionales ciblées et en utilisant le statut consultatif du PEN auprès des Nations Unies pour soumettre les rapports de pays sur l'Examen périodique universel (EPU).

Les alertes du Réseau d’intervention rapide du Comité fournissent des détails concernant les cas de personnes dont la vie et la liberté sont menacées et formulent des suggestions d’actions ciblées.

Outre son travail au nom d’écrivains individuels, le Comité donne le coup d’envoi de campagnes sur des questions qui affectent la liberté d’expression telles que la diffamation religieuse, l’impunité et la diffamation criminelle, ainsi que des campagnes axées sur des régions ou pays particuliers comme les Amériques, l’Iran, la Chine ou encore la Turquie.

Le Comité des écrivains en prison travaille également par le truchement des Nations unies pour attirer l’attention sur des cas individuels et les atteintes systématiques aux droits de l’homme dans certains pays.

Salil Tripathi est le président du Comité des écrivains en prison de PEN International, élu lors du 81e congrès international de PEN à Québec, Canada. De 2009 à 2013, il a été co-président du comité Writers at Risk à PEN Angleterre. Salil est un journaliste et écrivain primé. Il est né en Inde, a été correspondant à Singapour et à Hong Kong et vit aujourd'hui à Londres. Il collabore à la rédaction de Mint and Caravan en Inde. Ses articles ont également paru dans de grands journaux et magazines internationaux, dont le Wall Street Journal, le Washington Post, l'International Herald Tribune, New Statesman, Guardian, Independent, Far Eastern Economic Review et bien d'autres.

Il a reçu le prix Citibank Pan Asia Economic Journalism Award en 1994, le prix Bastiat (troisième prix) en 2011 et le prix Red Ink Award for Human Rights Journalism en 2015. Ses livres comprennent Offence: The Hindu Case (Seagull, 2009), The Colonel Who Would Not Repent: The Bangladesh War and its Unquiet Legacy (Aleph, 2014 et Yale University Press, 2016), et Detours: Songs of the Open Road (Tranquebar, 2015). Il travaille actuellement à un livre sur le Gujaratis.

Parallèlement, il est conseiller principal pour les questions mondiales à l'Institute for Human Rights and Business. Plus d'informations sur l'écriture de Salil peuvent être trouvées ici.

Click here : https://saliltripathi.wordpres...



‘Je me souviens très bien de la vague de solidarité au tournant des années 1980 pour protester contre mon incarcération. Il y a eu des protestations... de la part du Comité des écrivains en prison de PEN International... cela a toujours été une source de grand encouragement et d'exaltation.’

Vaclav Havel Extrait de la lettre du dramaturge tchèque et ancien président de PEN au Comité des écrivains en prison du PEN, septembre 2009