PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

PEN International célèbre la Journée internationale de la liberté de la presse 2021
International

PEN International célèbre la Journée internationale de la liberté de la presse 2021

3 Mai

Le 3 mai : PEN International se joint à la communauté internationale pour célébrer La journée internationale de la liberté de la presse (World Press Freedom Day). Proclamé par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, cette journée internationale ( this international day ) a pour objectif de reconnaître les principes fondamentaux de la liberté de la presse, notamment l’importance de défendre les médias contre les atteintes portées à leur indépendance et de rendre hommage aux journalistes ayant perdu la vie dans l’exercice de leur profession.

« Depuis un siècle, les membres du monde entier de PEN se mobilisent pour soutenir la presse libre et indépendante, se portant à la défense de journalistes émotionnellement, verbalement et physiquement menacés et même parfois tués pour avoir dit la vérité aux représentants du pouvoir, et exhortent les dirigeants politiques à garantir la liberté d’expression. À une époque où les menaces contre la presse dans le monde atteignent un niveau sans précédent, la communauté du PEN continue de défendre et de protéger le rôle d’une presse libre et indépendante dans la découverte de la vérité et le maintien de la démocratie. » Jennifer Clement, présidente de PEN International. Comme l’indique le Classement mondial de la liberté de la presse 2020 (2020 World Press Freedom Index), la prochaine décennie sera cruciale pour l’avenir du journalisme, la pandémie de la COVID-19 ayant exacerbé les nombreuses crises qui mettent en péril la liberté de la presse. Il est donc plus important que jamais de continuer à mettre en cause les attaques à la liberté de la presse et d’être solidaire des journalistes réduits au silence.

En cette journée internationale de la liberté de la presse, PEN International se souvient des journalistes qui ont perdu la vie et de ceux qui sont ciblés dans la poursuite de leur travail. L’organisation présente le cas d’Idris Saïd « Abba Arre » (Érythrée), de Daphne Caruana Galizia (Malte), de Kalúa Salazar (Nicaragua) et de Maria Ressa (Philippines) et lance un appel à ses membres à se mobiliser pour que les gouvernements respectent et protègent la liberté de la presse.

Idris Saïd « Abba Arre » Down arrow

Idris Saïd « Abba Arre ». Crédit photo: PEN Érythrée/inconnuIdris Saïd « Abba Arre ». Crédit photo: PEN Érythrée/inconnu

Idris Saïd « Abba Arre » est un écrivain et journaliste érythréen, connu pour son travail portant sur l’éducation en langue maternelle et un critique de la politique linguistique du gouvernement. Saïd a été arrêté et détenu en octobre 2001 après avoir remis en cause, d’après certaines informations, une répression très importante de la dissidence.

Les informations limitées accessibles suggèrent que Saïd a d’abord été détenu dans le camp pénitentiaire à sécurité maximale d’Eiraeiro jusqu’au début de 2016, puis transféré avec d’autres détenus dans un lieu non divulgué. En 2017, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a rapporté (reported) que les autorités érythréennes appartenant à l’État, ont déclaré que Saïd faisait partie de la fonction publique et n’était pas un journaliste, et ce, sans avoir posé de questions sur ses allées et venues, sa situation physique ou ses conditions de détention.


Passez à l’action

Écrivez aux autorités érythréennes :

• Pour protester contre la détention de l’écrivain Idris Saïd « Abba Arre » pour des motifs d’ordre politique sans inculpation aucune ni de procès connus depuis près de 20 ans.

• Pour exiger que les allées et venues, la situation physique et le sort réservé à Idris Saïd « Abba Arre » soient immédiatement élucidés et appeler à sa libération immédiate et sans condition.

Faites appel au :

Ministre de l’Information

L’Hon. Yemane Gebremeskel

C.P. 242

Asama, Érythrée

+291 124 847 Twitter: @hawelti


Président de l’Érythrée

Son Excellence Isaïas Afewerki

Cabinet du président,

C.P 257.

Asmara, Érythrée

Fax.: + 2911 125123 Courriel (par l’entremise de la Mission permanente de l’Érythrée auprès des Nations unies): eritrea@un.int Email (through the Eritrean Permanent Mission to the United Nation): eritrea@un.int

Daphne Caruana Galizia Down arrow

Daphne Caruana Galizia © Pippa Zammit Cutajar

Daphne Caruana Galizia © Pippa Zammit Cutajar

Daphne Caruana Galizia, journaliste d’enquête et militante anticorruption la mieux connue de Malte, a été assassinée le 16 octobre 2017 lorsqu’une voiture piégée a explosé alors qu’elle quittait son domicile de Bidnija. Elle avait 53 ans. Le gouvernement dont la corruption a fait l’objet d’enquêtes de sa part a cherché à plusieurs reprises à faire obstruction à la marche de la justice, autant pour elle que pour sa famille, notamment en retardant une enquête publique très attendue sur son assassinat. On a continué à lui intenter des dizaines de poursuites pour diffamation civile à titre posthume. Pendant ce temps, des défenseurs des droits de la personne et des journalistes ayant mené campagne sur cette affaire font face à de graves pressions, sont l’objet de harcèlement et de représailles. Jusqu’à présent, sept hommes ont soit admis, soit été accusés de complicité d’avoir tué Daphne Caruana Galizia. L’enquête pour meurtre et l’enquête publique suivent leur cours.


Passez à l’action

Demandez aux autorités maltaises de garantir une justice pleine et entière pour ceux qui sont impliqués dans le meutre de Daphne Caruana Galizia et dans la corruption qu’elle a révélée.

Demandez, en outre, aux autorités de donner suite aux conclusions de l’enquête publique une fois qu’elle sera terminée.

Rober Abela

Rôle: Premier ministre de Malte

Adresse: Cabinet du Premier ministre, Auberge de Castille, Valetta, VLT 1061, Malte

Twitter: https://twitter.com/RobertAbel... Contact: robert.abela@gov.mt


Kalúa Salazar Down arrow

Kalúa Salazar © Kalúa SalazarKalúa Salazar © Kalúa Salazar

Kalúa Salazar est une journaliste nicaraguayenne qui travaille actuellement pour la radio La Costeñísima, dans la ville de Bluefields, Nicaragua. Le 23 septembre 2020, elle a été reconnue coupable du crime de diffamation, à la suite d’un article qu’elle a écrit et qui portait sur la corruption au sein du gouvernement. Le 29 septembre, Mme Salazar a été condamnée à payer une amende de 220 $, ce qui correspond à 120 jours de son salaire. Le 9 mars 2021, la partie accusatrice a demandé que cette amende soit majorée pour correspondre à 300 jours de son salaire, pour avoir agi « motivée par la haine, le désir de nuire à autrui, faisant preuve d’une irresponsabilité en matière de journalisme et d’une manière préméditée. » Cette nouvelle décision devrait être annoncée dans les semaines à venir.

Les agents de police surveillent la maison de Mme Salazar depuis le début de 2021. Le 19 avril, on l’a empêchée de quitter son domicile, et elle a été agressée physiquement alors qu’elle tentait de se rendre au travail. Trois ans après le début de la crise des droits de la personne au Nicaragua, des journalistes critiques et indépendants continuent de faire face à de graves crises, notamment de la censure exercée par le gouvernement.


Passez à l’action

Soutenez Kalúa Salazar ainsi que les journalistes, les écrivains, les ONG et les médias du Nicaragua en demandant aux autorités de mettre fin au harcèlement judiciaire dont ils sont victimes. Envoyez des lettres aux ambassades nicaraguayennes (Nicaraguan embassies) exprimant votre préoccupation au sujet des menaces à la liberté de l’expression au Nicaragua.

Maria Ressa Down arrow


Maria Ressa

Maria Ressa

Maria Ressa est une journaliste primée, écrivaine et cofondatrice de Rappler, un média indépendant sur l’Internet installé aux Philippines. Depuis sa première arrestation le 13 février 2019, Ressa a été la cible d’une campagne de harcèlement et d’intimidation du gouvernement Duterte dans le cadre de ses efforts pour museler la liberté d’expression et criminaliser le journalisme. Maria fait actuellement face à de nombreuses accusations fausses, y compris pour diffamation et évasion fiscale où il lui est

reproché d’avoir effectué son travail de journaliste, ‒ celui-ci-comprenant la pratique d’un journalisme révolutionnaire qui révèle de nombreux exemples de corruption gouvernementale et le terrible coût en vies humaines de la « guerre contre la drogue » de Duterte, entraînant des milliers d’exécution extrajudiciaires.

Malgré la condamnation des Nations Unies, le gouvernement Duterte a continué à militariser le système judiciaire contre Ressa et ses collègues. Dans l’une de ces affaires, le 15 juin 2020, Mme Ressa et l’un de ses coaccusés ont été reconnus coupables pour cyberdiffamation en raison d’un article publié plusieurs années avant même l’adoption de la loi sur la cyberdiffamation. Le 3 décembre 2020, elle a été accusée d’une deuxième affaire de diffamation pour un article publié par Rappler en 2012. Si elle est reconnue coupable de toutes les accusations, elle pourrait faire face à une peine d’emprisonnement de près d’un siècle.


Passez à l’action

Demandez aux autorités d’annuler immédiatement toutes les accusations portées contre Maria Ressa et ses collègues du Rappler, et de mettre fin à la militarisation du système judiciaire contre les critiques du gouvernement.

Rodrigo Roa Duterte

Rôle : Président des Philippines

Adresse : Cabinet du président, Malacañan Palace Compound, JP Laurel St., San Miguel, Manille, Philippines. Personne-ressource : https://op-proper.gov.ph/conta...

Menardo I.Guevarra

Rôle : Secrétaire de la Justice, ministère de la Justice

Adresse : Padre Faura St., Ermita, Manille, Philippines 1000 Courriel : osec@doj.gov.ph; osecmig@gmail.com; communications@doj.gov.ph


Note aux centres: Down arrow

Les images utilisées pour cette campagne peuvent être réutilisées et partagées par les centres PEN. Les images ne peuvent pas être utilisées à des fins commerciales. Les droits d’auteur/crédits doivent être reconnus.

Notes aux rédacteurs: Down arrow

• Les activités de PEN International pour célébrer la Journée internationale de la liberté de presse font partie d’une série d’évènements prévus tout au long de 2021 pour souligner le centenaire de PEN International. Fondée en 1921 par l’écrivaine anglaise Catherine Amy Scott Dawson, PEN International célèbre la littérature et protège la liberté d’expression depuis 100 ans. Vous pouvez défendre les écrivains persécutés en faisant un don dès aujourd’hui (donation).

• Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Sabrina Tucci, directrice des Communications et des campagnes de publicité: Sabrina.Tucci@pen-international.org Tél.: +44 (0) 20 7405 0338 ǀ Twitter: @pen_int ǀ Facebook: www.facebook.com/peninternatio... ǀwww.pen-international.org