PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

Turquie: Libérez Ayşe Düzkan

jeudi 9 mai 2019 - 1:30pm

Ayşe Düzkan devant le bureau du procureur d’Istanbul, 29 janvier 2019

Update - 12 juin 2019

PEN International welcomes the release of Turkish writer, journalist and publisher Ayşe Düzkan, who was serving an 18-month prison sentence for ‘making propaganda for a terrorist organisation’. Düzkan was imprisoned for taking part in a solidarity campaign in 2016 with the now-closed pro-Kurdish daily Özgür Gündem. She was sent to Bakırköy prison in Istanbul on 29 January 2019 and conditionally released on 11 June 2019.

Ayşe Düzkan’s sentence is a stark reminder of the continuing assault on freedom of expression in Turkey, and the immense risk that many journalists face for simply doing their jobs. PEN International urges the Turkish authorities to drop all charges against the journalists, writers and activists who remain on trial for their involvement in the Özgür Gündem solidarity campaign, and to release those who have been sent to jail immediately and unconditionally.

PEN International thanks all those who sent appeals.

« Le journalisme libre est la meilleure chance que nous ayons pour accéder aux vérités et réalités des sociétés au sein desquelles nous vivons. Tout le monde le mérite. Aussi étrange que cela puisse paraître, mon moral est bon et mon humeur est bonne. Nous avons un dicton en turc qui pourrait se traduire par ‘Ça viendra et ça passera aussi’. Je ne suis pas courageuse, je ne suis pas une héroïne, j’essaie de faire ce qui est juste et cela me rend heureuse. » Ayşe Düzkan

Écrivaine, journaliste et éditrice, Ayşe Düzkan purge actuellement une peine de 18 mois d’emprisonnement pour « propagande en faveur d’une organisation terroriste ». Elle est l’une des 56 journalistes et militants qui ont participé à une campagne de solidarité menée entre mai et août 2016 pour le quotidien pro-kurde aujourd’hui fermé, Özgür Gündem, au cours de laquelle ces derniers se sont relayés comme « rédacteurs en chef d’un jour ». Le verdict, prononcé en janvier 2018, a été confirmé en appel en novembre 2018. Ayşe Düzkan est détenue à la prison de Bakırköy à Istanbul depuis le 29 janvier 2019. PEN International considère qu’Ayşe Düzkan a été emprisonnée uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d'expression et demande sa libération immédiate et sans condition.

Lancez un appel :

  • Exhortez les autorités turques à remettre Ayşe Düzkan en liberté immédiatement et sans condition;
  • Faites appel aux autorités turques pour qu’elles mettent fin aux poursuites et à la détention de journalistes sur la seule base du contenu de leurs écrits ou de leurs affiliations présumées, et libèrent immédiatement toutes les personnes emprisonnées pour avoir exercé leur droit à la liberté d’opinion et d’expression.

Envoyez vos appels au :

Ministre de la Justice

Abdulhamit Gül

Ministère de la Justice

Adalet Bakanlığı

06659 Ankara

Turquie

Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques de la Turquie dans votre pays. Leurs coordonnées sont accessibles sur le lien suivant: https://embassy.goabroad.com/embassies-of/turkey .

En outre, nous vous encourageons à vous adresser à votre ministère des Affaires étrangères et à vos représentants diplomatiques en Turquie, leur demandant de faire valoir le cas d’Ayşe Düzkan.

***Veuillez envoyer vos appels immédiatement. Contactez PEN International si vous agissez après le 9 août 2019. ***

Veuillez informer PEN de toute action que vous prenez et de toute réponse que vous recevez.

Publicité

Nous encourageons les membres de PEN à :

  • Publier des articles et opinions dans leur presse nationale ou locale soulignant le cas d’Ayşe Düzkan;
  • Faire suivre toute information sur Ayşe Düzkan et activités de campagne dans les médias sociaux ;
  • Promouvoir les écrits d’Ayşe Düzkan.

Solidarité

La solidarité est un élément clé de notre campagne. Veuillez envoyer vos messages en anglais ou en turc à l’adresse suivante :

Ayşe Düzkan

Bakırköy Cezaevi,

Gözlem 41 Koğuşu,

34158 Bakırköy / Istanbul

Turquie

Nous vous encourageons également à lui envoyer des livres, magazines, photos et cartes postales. Veuillez ne pas utiliser de symboles politiques ni envoyer de contenu politique.

Complément d’information

Entre mai et août 2016, Ayşe Düzkan et 55 autres journalistes et militants ont participé à l’action de solidarité « rédacteurs en chef d’un jour » avec le quotidien pro-kurde Özgür Gündem. La campagne visait à attirer l’attention sur les tentatives de pression persistantes des autorités turques sur la publication et ses journalistes. Özgür Gündem a été temporairement fermé en août 2016 à la suite d’une tentative de coup d'État en juillet, accusé d’être « porte-parole » du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et de se livrer ainsi à la « propagande soutenue d’une organisation terroriste ». Le quotidien a été définitivement fermé par décret-loi en octobre 2016.

De nombreux journalistes et écrivains ont été arrêtés pour avoir pris part à la campagne de solidarité, dont l’écrivaine primée et membre de PEN Aslı Erdoğan, l’écrivaine de renommée et linguiste Necmiye Alpay et le représentant de Reporters sans frontières en Turquie Erol Önderoğlu. PEN International a dénoncé à plusieurs reprises la détention, les poursuites et la condamnation des rédacteurs en chef invités d’Özgür Gündem, et a condamné la répression croissante des autorités turques contre les voix dissidentes. Ayşe Düzkan a été condamnée à 18 mois de prison le 16 janvier 2018, aux termes de l'article 7/2 de la loi antiterroriste turque, aux côtés de quatre autres journalistes. Le tribunal leur a notamment reproché de ne pas avoir « montré assez de remords » au cours du procès. La peine d’ Ayşe Düzkan a été confirmée en appel par le Cour régionale d’Istanbul le 29 novembre 2018; elle s’est livrée au bureau du procureur d’Istanbul le 29 janvier 2019, d'où elle a été envoyée à la prison pour femmes de Bakırköy.

Au moins 140 journalistes et travailleurs des médias sont actuellement détenus en Turquie. S’exprimant devant le bureau du procureur d’Istanbul, Ayşe Düzkan s’est fait l'écho des préoccupations concernant le nombre croissant de personnes emprisonnées en Turquie sous de fausses accusations, et les longues peines de prisons purgées par de nombreux journalistes et écrivains. Bien qu’elle ait un accès limité au monde extérieur, elle a jusqu’à présent publié quelques déclarations depuis sa cellule, notamment à travers le PEN Pays-Bas.

Ayşe Düzkan est une journaliste et écrivaine réputée en Turquie, très active dans le mouvement féministe du pays. Entre 1987 et 1990, elle a écrit le Feminist Dergi (Magazine féministe) pour Kadın Çevresi Yayıncılık (Éditions féminines). Elle est l’une des fondatrices et rédactrice en chef du journal féminin Pazartesi (Lundi). Düzkan a travaillé pour plusieurs journaux et magazines, notamment Radikal, Milliyet, Star, Pişmiş Kelle, Hayalet Gemi, Expres, Kırmızı Alarm, Yeni Gündem et Kaosgl. Ses livres incluent Çalar Saat(1994), Erkekliğin Kitabında Yazmaz Bu (2006) et Behiç Aşçı (2006).

Pour plus d’information veuillez contacter Aurélia Dondo à PEN International, Koops Mill, 162-164 Abbey Street, Londres, SE1 2AN, UK Tél. : +44 (0) 20 7405 0338, courriel : Aurelia.dondo@pen-international.org