PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

Creative Witnesses: la musique, la liberté d’expression, et chaines de solidarité

lundi 12 octobre 2020 - 1:28pm

Ege Dundar Creative Witness

Entretien avec Ege Dündar/ Coordinateur Fondateur pour l’intervention de la jeunesse

Verónica Maza Bustamante

Creative Witnesses, un projet organisé par Ege Dündar, amene des musiciens et des artistes créatives en soutien des écrivains qui ont été emprisonnés, harcelés ou mises en danger pour leur engagement vers la liberté d’expression. Le premier épisode est sorti Jeudi 15 Octobre sur YouTube.

Voir et partager le trailer de Creative Witnesses

Ici, Ege explique les raisons du projet et l’impact qu’il espère qu’il aura, pas seulement sur les écrivains, mais sur tous ceux qui témoignent leurs expériences.

“Personne ici n’essaye pas de sauver le monde. Mais il est impératif de reconnaître qu’une seule vie est un monde en soi. L’acte de tendre la main avec gentillesse et solidarité peut donner à un autre un nouveau mode de vie, qui peut se répercute vers l’extérieur. Je suis sûr que tout le monde dans une situation privilégiée peut au moins prendre aucune mesure en réponse, plutôt que de faire rien sauf se sentir triste.

Je crois que notre lute plus grande est avec une cynisme immobilisant enraciné profondément dans la psyché, à cause des flux interminables de mauvaises nouvelles auxquels ils sont confrontés quotidiennement. Cela ne peut pas être une option viable si nous voulons que les choses s’améliorent peu à peu”, explique Ege ce qui lui a mené à mobiliser pour les droits humains.

En faveur de la liberté d’expression

La première fois qu’il est allé au Poetry Mondays à Hackney Empire à Londres, Ege a fait la connaissance de son collaborateur actuel, l’écrivain/musicien Gabriel Moreno. Cela lui a donné une idée: “Clairement, les artistes que je regardais sur scène ont développé des habilités profonds pour répondre aux expériences touchant et émouvant leur public. Mais je m’ai demandé: pourquoi ils ne répondent plus souvent et plus proactivement aux causes et problèmes pressants enracinés profondément dans nos sociétés, comme la liberté d’expression?

Je souhaitais arriver au-delà du spectacle et dans quelque chose plus réel, connectât pratiquement avec les faits froids, et fondamentalement avec les fondations de l’expression même; née de la nécessité. Creative Witnesses est un redécouvert de cette nécessité.”

Le plan est simple mais puissant: organiser des artistes pour créer des œuvres en réponse à et en solidarité avec des cas terribles d’expression libre en risque. Pour sensibiliser, aider leurs campagnes respectives, et inspirer aux autres à prendre des mesures.

Le premier épisode, focalisé sur l’Europe et le Moyen Orient et l’Afrique du Nôrd, sortira sur la chaîne YouTube de PEN International. Il figurera les cas de Ibrahim Gökçek et Ilhan Çomak de Turquie; Sanaa Saif d’Egypte; Abdel Wahab Yousif de Soudan et des manifestantes biélorusses en général. Les deux parties restantes de la production se focaliseront sur des cas asiens de Décembre et des cas latino-américains du réveillon de Nouvel an.

Agissez maintenant au nom de ces écrivains en danger

La création, l’inspiration, la coopération

Quand le père d’Ege, Can Dündar, a été emprisonné pour son journalisme à Turquie, Ege est allé à une réunion avec engagés défenseurs des droits, de différentes ONG, organisé par PEN International. “Je ne peux pas vous dire ce que ça a signifié, pour un jeune garçon à Londres, avec sensations de solitude et désespérassions. Cette réunion a restauré ma résilience. Je crois qu’ils étaient importants pour rehausser le profil de notre cas. Il m’a montré la puissance de la solidarité globale et il m’a donné une vie nouvelle comme un activiste des droits,” explique le jeune homme, qui espère que Creative Witnesses puisse créer un sens que les lignes de front sur des problèmes, toujours plus globaux, comme la liberté d’expression, puissent être soutenus à travers les frontières, dans ce qu’il appelle des ‘chaînes de solidarité.’

Pour aider le procès de Creative Witnesses, Dündar a décidé organiser trois événements différentes, chaque un focalisé sur une région différente de PEN International; la première sur Europe et la région ANMO, la deuxième sur Asie et la troisième sur Amérique Latine. "Je savais que l’écrivain avec la peine plus longue dans les prisons turques avec 26 et plus, Ilhan Çomak, devrait avoir une place. Pour décider sur les autres, j’ai consulté des collègues régionaux et avec PEN Biélorussie, pour voir qui profiterait le plus de ce type de mesure. Je les remercie de tout cœur pour leur aide en suggérant les cas de Sanaa Seif, Abdel Wahab Yousif et les manifestantes biélorusses en générale.”

La musique jouera un rôle crucial dans le projet, parce que “elle est une forme d’art supérieure en quelque sort, puisque sa capacité pour créer ce changement de conscience, auquel chaque forme d’expression aspire; plus vite et plus directement. Tandis que d’autres formes, comme l’écriture, ont souvent besoin de comprendre un message avant de pouvoir en être ému, avec la musique cet effet est instantané et peut ne nécessiter aucune préparation de ce type.”

En voyant le pouvoir bénéfique de ce type d’action pour toutes les personnes impliquées, y compris le monde des campagnes de défense des droits de l’homme, Ege et Gabriel Moreno, son collaborateur dans Creative Witnesses, ont demandé quelques musiciens de composer des pièces en réponse aux cas: “Par exemple, Adam Beattie et Fiona Beevan ont écrit un hommage déchirant à la poésie d’Abdel Wahab Yousif, un poète soudanais décédé en mer cherchent refuge. J’espère que cela puisse émouvoir plus des gens à se préoccuper activement de la question de l’immigration, qui ne pourrait autrement.”

Le premier événement sortira le 15 Octobre sur la chaîne de YouTube de PEN International.

Donner pour soutenir le travail de PEN International en faveur des écrivains en danger

Haute espoirs

Qu’est-ce qu’Ege espère que Creative Witnesses attende? “J’espère qu’il soit une source de force pour les artistes créateurs en danger, de continuer à se battre pour leur droit à la libre expression dans des conditions difficiles. J’espère qu’il puisse établir des liens durables entre les cas et les artistes qui y répondent. J’espère qu’il puisse aider leurs campagnes à réunir soutien et attendre des résultats. J’espère qu’il puisse inspirer des autres créateurs à prendre mesures semblables et réaliser le pouvoir dans leurs habiletés et un sens du but, plus tant que le cynisme et incapacité à répondre au monde comme il reste aujourd’hui”.

Ses autres objectifs sont d’inspirer les groupes de défense des droits à commander des artistes jeunes dans la commission pour produire des œuvres créatives en réponse aux cas urgents et inspirer dans le public le sentiment que, malgré la puissance écrasante des dictateurs dans des contextes apparemment désespérés, “tout comme nôtres cas résilients, nous n’avons pas le mains vides et on a en nous de repousser.

De plus en plus, ce que nous fassions d’un côté de la planète affecte l’autre, donc plus on nous en dit que nous ne sommes pas de citoyens du monde, plus nous devons prouver que nous le sommes, en abordant les problèmes transfrontaliers de manière créative et collective, car cela fait une différence. C’est beaucoup, je sais, mais nous ne faisons que commencer!”

Ege est le coordinateur fondateur pour l’intervention de la jeunesse à PEN International et Coordinateur du İlkyaz Young Writers Network – une plateforme littéraire soutenue par PEN Norvège, PEN Turquie, et PEN International pour partager et promouvoir l’œuvre des écrivains de moins de 35 ans.

Traduction en français par Darius Sobhani.