PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

Journée de l’écrivain en prison 2019 - Agir Pour Galal El-Behairy

mardi 29 octobre 2019 - 5:59pm

Poète, parolier et activiste, Galal El-Behairy

Poète, parolier et activiste, Galal El-Behairy purge actuellement une peine de prison de trois ans pour avoir « insulté l’autorité militaire » et « répandu de fausses informations ». Il est détenu dans la célèbre prison de haute sécurité Tora au Caire. Surnommée le « Scorpion », la prison Tora a été condamnée par une multitude d’organisations de défense des droits de l’homme pour ses graves violations, notamment l'entrave des détenus dans leur droit à consulter un avocat, voir leur famille, bénéficier de soins médicaux et de produits d’hygiène de base. Ses cellules d’isolement tristement célèbres, où Galal El-Behairy a été placé, sont exiguës et privées d'air. Selon son avocat, Galal El-Behairy a montré de graves signes de tortures après sa première détention pendant laquelle il a été privé de contact avec l’extérieur pendant une semaine.  Le 31 juillet 2018, le tribunal militaire du Caire a condamné El-Behairy à trois ans d’emprisonnement et une amende de 10 000 livres égyptiennes (560 dollars américains). Suite à la condamnation d'El-Behairy, l’éditeur de son dernier recueil de poésies The Finest Women on Earth (« Les femmes les plus valeureuses de la Terre ») a résilié son contrat avec lui et a déclaré publiquement que son accord pour la publication de ce travail n’impliquait pas son accord concernant le contenu du recueil lui-même. Galal El-Behairy continue actuellement de purger sa peine en prison.

PEN estime que les charges retenues contre Galal El-Behairy constituent une violation de son droit à exprimer de manière pacifique ses opinions et appelle le gouvernement égyptien à sa remise en liberté immédiate et sans condition. PEN s’oppose aux lois de diffamation criminelle en toutes circonstances et condamne l’application en nombre croissant des chefs d’accusation « insulte à l’autorité militaire » et « diffusion de fausses informations » comme méthodes de répression des voix dissidentes en Égypte.

Agissez : En partageant sur Facebook, Twitter et tout autre réseau social avec les hashtags #FreeGalal #PrisonersofBalaha #ImprisonedWriter

Envoyez des appels aux autorités égyptiennes pour :

  • Protester contre le maintien en prison du poète Galal El-Behairy et appeler à sa libération immédiate et sans condition ;
  • Les exhorter à annuler la peine de M. El-Behairy et à mettre fin aux procédures judiciaires à son encontre, puisqu’il est détenu uniquement pour avoir exercé de manière pacifique son droit à la liberté d’expression ;
  • Exiger une enquête en bonne et due forme concernant les allégations de torture de Galal El-Behairy ;
  • Condamner l’application vraisemblablement croissante du droit et des tribunaux militaires pour poursuivre en justice les écrivains en Égypte ;
  • Dénoncer les procès des civils dans les tribunaux militaires, conformément à l’article 204 de la Constitution de 2014.
  • Appeler à la protection du droit à la liberté d’expression en Égypte, y compris la libération de toutes les personnes détenues en violation de l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques que l’Égypte a ratifié. 

En envoyant des appels au :

Président
Abdel Fattah al-Sisi
Bureau du Président
Al Ittihadia Palace, Le Caire, République arabe d’Égypte
Fax : +202 2 391 1441
E-mail : p.spokesman@op.gov.eg Moh_moussa@op.gov.eg
Salutations : Votre Excellence Twitter : @AlsisiOfficial

Ministre de la Justice
Mohamed Hossam Abdel Rahim
Ministre de la Justice
Lazoghly Sq.,
Fax : +202 2 795 8103
E-mail : mjustice@moj.gov.eg
Salutations : Monsieur le Ministre

Ministre de la Défense 
M. Mohamed Ahmed Zaki
Ministre de la Défense
23 El-Khalifa El-Maamoun st.
El-Qobba Bridge, Al Waili
Gouvernorat du Caire - Égypte
Fax : +202 2 4144248
Salutations : Monsieur le Ministre

Merci d’envoyer vos lettres via l’ambassade d’Égypte de votre pays. Les adresses sont indiquées ici.

Publicité

Nous encourageons les membres de PEN à continuer de :

  • Publier des articles et des tribunes dans votre presse locale ou nationale pour alerter sur le cas de Galal El-Behairy ;
  • Partager des informations sur Galal El-Behairy et sur les activités de campagne menées via les réseaux sociaux. Pensez à utiliser le hashtag #ImprisonedWriter ;
  • Organiser des événements publics, des conférences de presse et des manifestations ;
  • Promouvoir les écrits de Galal el-Behairy (son poème « I have a date with tomorrow » [J’ai un rendez-vous avec demain] est disponible ici en anglais et en arabe.)

Merci de nous faire part de vos activités et de nous envoyer vos rapports concernant les actions que vous menez.  C’est très important, puisque cela nous permet de suivre l’impact des campagnes que nous menons en faveur du cas de Galal El-Behairy.

Réseaux sociaux  Pensez à utiliser le hashtag #ImprisonedWriter

Partagez des informations sur Galal El-Behairy et sur vos activités de campagne en sa faveur via les réseaux sociaux.

Suggestions de tweets :

  • Abandonnez les charges contre #GalalElBehairy #ImprisonedWriter #FreeGalal
  • Associez-vous à PEN pour la Journée de l’écrivain en prison #ImprisonedWriter et agissez pour l’écrivain #GalalElBehairy #ImprisonedWriter {insérer lien RAN}

Contexte

Le 26 février 2018, un mois avant l’élection présidentielle en Égypte, l’artiste égyptien Ramy Essam a sorti la chanson Balaha dont les paroles sont écrites par Galal El-Behairy et critiquent le gouvernement et les politiques de l’Égypte. La chanson est presque aussitôt devenue virale, avec quatre millions de vues. Deux jours après la sortie de Balaha, le ministre égyptien de la Culture Enas Abdel Dayem a dénoncé publiquement Galal El-Behairy en direct à la télévision, en mentionnant spécifiquement son recueil de poésies The Finest Women on Earth. Le recueil de Galal El-Behairy est un éloge à la force et à la persévérance des femmes en Égypte qui, selon lui, sont soumises à des pressions singulières tout en étant, en fin de compte, les moteurs de la réussite des hommes qui représentent la majorité de la force de travail du pays. Dans un addenda sur la quatrième de couverture du livre, il admoneste l’attitude actuelle du public en Égypte à l’égard du terrorisme et des conflits qui gangrènent le monde arabe. Une version de son livre est disponible en ligne ici.

Les forces de sécurité ont arrêté Galal El-Behairy le 3 mars 2018 et l’ont maintenu en détention en le privant de tout contact avec l’extérieur pendant une semaine, jusqu’à sa comparution devant le Procureur général de la sûreté de l’État le 10 mars 2018. Ses avocats ont rapporté qu’il portait des marques de tortures. Le Procureur a par la suite ordonné qu’il soit soumis à un examen médical : les résultats de l’examen n’ont pas été rendus publics, ni partagés avec son avocat.

Le titre de son recueil The Finest Women on Earth a été interprété par le Procureur comme une allusion aux soldats égyptiens, lesquels sont mentionnés dans un hadith par le prophète Mahomet comme étant « les soldats les plus valeureux de la Terre » (« the finest soldiers on earth »). Le titre arabe du recueil de Galal El-Behairy utilise le terme niswan pour « femmes », un mot aux connotations péjoratives en Égypte qui implique la faiblesse et la soumission.

Toutefois, Galal El-Behairy s’est défendu contre ces accusations dans une déclaration publiée depuis la prison en mai 2018 : « Ce titre ne fait en aucune manière référence aux soldats égyptiens... Il fait plutôt état d’une reconnaissance de la valeur des femmes et de leurs bonnes actions dans ce monde. Chaque soldat, chaque homme, combattant, scientifique et inventeur est le résultat de l’éducation d’une mère, de l’étreinte d’une épouse et de l’innocence d’une fille. »

Aux côtés de quatre autres prisonniers, Galal El-Behairy a entrepris une grève de la faim du 24 janvier au 11 février 2019 afin de commémorer la révolution égyptienne de 2011 et de protester contre l’injustice qui se maintient dans leur pays.

L’éditeur du recueil The Finest Women on Earth (« Les femmes les plus valeureuses de la Terre »), Dar Da’ad Publishing and Distribution, a résilié son contrat avec El-Behairy et a déclaré publiquement que son accord pour la publication de ce travail n’impliquait pas son accord pour le contenu du recueil lui-même.