PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

Journée de l’écrivain en prison 2019 - Agir Pour Nedim Türfent

mardi 29 octobre 2019 - 5:43pm

Nedim Türfent

Le rédacteur en chef, journaliste et poète Nedim Türfent purge une peine de prison de 8 ans et neuf mois, établie sur de fausses accusations de terrorisme, au terme d’un procès inéquitable au cours duquel 19 témoins ont dit avoir subi des tortures pour les contraindre à témoigner contre lui. Arrêté en mai 2016 après avoir couvert les affrontements militaires dans le sud-est majoritairement kurde de la Turquie, Nedim Türfent a passé presque deux ans en isolement et subi des traitements proches de la tortures selon les principes des Nations Unies. En dépit des violations flagrantes de son droit à un procès équitable, il a été condamné à une peine de prison en décembre 2017. Son verdict a été maintenu par une Cour d’appel régionale en juin 2018 et la Cour suprême de cassation de Turquie en octobre 2019. La Cour constitutionnelle turque et la Cour européenne des droits de l’homme doivent encore statuer sur l’affaire. Déterminé à continuer à écrire, Nedim Türfent a commencé à composer de la poésie en prison. PEN estime qu’il est détenu au seul motif de l’exercice pacifique de son droit à exprimer ses opinions et demande sa libération immédiate et sans condition.

AGISSEZ :

Merci d’envoyer des appels afin de :

  • Faire pression sur les autorités turques pour libérer Nedim Türfent immédiatement et sans condition ;
  • Appeler les autorités turques à mettre fin aux poursuites judiciaires et à la détention des journalistes uniquement sur la base du contenu de leurs écrits ou de leurs affiliations présumées, et de libérer immédiatement toutes les personnes détenues en prison pour avoir exercé leurs droits à la liberté d’opinion et d’expression.

En envoyant des appels au :

Ministre de la Justice
Abdulhamit Gül
Ministère de la Justice
Adalet Bakanlığı
06659 Ankara
Turquie

Envoyez des copies à l’ambassade turque de votre pays. Les adresses des ambassades sont indiquées ici : https://embassy.goabroad.com/embassies-of/turkey .

Merci de contacter votre ministère des affaires étrangères et vos représentants diplomatiques en Turquie pour leur demander d’aborder le cas de Nedim Türfent dans le cadre de rencontres bilatérales.

Veuillez informer PEN de toute action que vous menez et de toute réponse que vous recevez.

Publicité

Nous encourageons les membres de PEN à continuer de :

  • Publier des articles et des tribunes dans votre presse locale ou nationale pour alerter sur le cas de Nedim Türfent et de la liberté d’expression en Turquie ;
  • Partager des informations sur Nedim Türfent et sur les activités de campagne que vous menez via les réseaux sociaux. Pensez à utiliser les hashtags #FreeNedim #FreeTurkeyMedia #ImprisonedWriter ;
  • Organiser des événements publics et des lectures de poésies. Son poème « Let my heart give life » (« Que mon cœur donne la vie ») est disponible ici, traduit dans plusieurs langues.

Réseaux sociaux  Pensez à utiliser les hashtags #FreeNedim #FreeTurkeyMedia #ImprisonedWriter

Partagez des informations sur Nedim Türfent et sur vos activités de campagne en sa faveur via les réseaux sociaux.

Suggestions de tweets :

  • Libérez Nedim Türfent immédiatement et sans condition #FreeNedim #FreeTurkeyMedia #ImprisonedWriter
  • Associez-vous à PEN pour la Journée de l’écrivain en prison #ImprisonedWriter et agissez pour le poète Nedim Türfent #FreeNedim #FreeTurkeyMedia #ImprisonedWriter {insérer lien RAN}

Solidarité

Nedim Türfent n’a cessé de remercier la communauté de PEN pour sa campagne de solidarité :

« Vos efforts sont inestimables, car ils sont la voix de celles et ceux réduits au silence. Si je ne renouvelais pas par la présente mes remerciements pour les efforts du PEN en tant que première locomotive de libération de la littérature et des arts, je ne pourrais pas poser ma tête sereinement sur l’« oreiller » de mon lit de camp en fer. Sur ce lit de fer, votre solidarité reste à mes côtés, je le crois de tout mon cœur. » [Extrait d’une lettre écrite en septembre 2019].

« Je veux que vous sachiez que vos lettres, qui ont rendu les rideaux de fer insignifiants et inefficaces, ont rempli de résistance, de détermination et d’espoir ma cellule longue de deux pas. En ce moment où j’ai encore accès à ce crayon et à ce papier, je partage avec amateurisme mes sentiments de gratitude et d’humilité, et je serais très heureux que vous les acceptiez. » [Extrait d’une lettre écrite en mars 2019].

« Chers membres de PEN, nous souhaitons vous exprimer notre éternelle gratitude pour chaque acte de solidarité que vous avez réalisé jusqu’à présent ou que vous prévoyez pour l’avenir. Tandis que certaines personnes tentent d’assécher nos stylos avec un tas de terre de cimetière, nous continuerons à les tenir dans nos mains et à écrire. Nous souhaitons vous rappeler que tant que le goût de la solidarité reste à portée de nos mains, nous continuerons à écrire nos reportages, nos histoires, nos romans et nos poèmes, ligne par ligne, lettre par lettre. » [Extrait d’une lettre écrite en décembre 2018].

Nous sommes très reconnaissants aux membres de PEN pour leur soutien continu. Nous vous invitons à envoyer des messages de solidarité en anglais, en allemand, en turque ou en kurde, à :

NEDIM TÜRFENT :

Van Yüksek Güvenlikli
Kapalı Ceza İnfaz Kurumu
Koğuş A-44
Van
Turquie

Nous vous invitons également à envisager l’élection de Nedim Türfent comme membre honoraire de votre Centre.

Contexte 

Rédacteur en chef de 29 ans et reporter pour l’agence d’informations Dicle News Agency (DİHA) pro-kurde et maintenant fermée, Nedim Türfent a été arrêté le 12 mai 2016 après avoir couvert les affrontements entre les forces armées turques et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est de la Turquie. Il a également reçu le prestigieux prix de journalisme Musa Anter pour une histoire couvrant une opération militaire dans la ville kurde de Yüksekova, où un groupe de soldats aurait menotté et fait s’allonger 50 villageois, face contre terre, en hurlant des remarques insultantes comme « vous serez témoins de la puissance des Turcs ».

Nedim Türfent a passé presque deux ans en isolement, période pendant laquelle il a été transféré de prison et en prison. Dans une lettre datée du 8 mai 2017, il a rapporté des conditions de détention éprouvantes dans sa cellule de prison de quatre mètres de long, où l’accès à la télévision, la radio, les livres et les journaux lui est refusé et où il est contraint de lire l’arrière des boîtes de détergent pour passer le temps. Selon l’Ensemble de règles minima pour le traitement des détenus des Nations Unies, la détention en isolement prolongée équivaut à de la torture ou tout autre peine ou traitement cruel, inhumain ou dégradant et ne doit en aucun cas être imposée.

Nedim Türfent a été officiellement inculpé pour « adhésion à une organisation terroriste » et « diffusion de propagande terroriste » 10 mois après son arrestation. Parmi les motifs listés dans sa mise en examen : ses publications sur les réseaux sociaux, ses reportages d’informations et 20 témoignages de témoins dont l’identité est restée secrète. Sa première audition s’est tenue à Hakkari le 14 juin 2017, à environ 200 km de Van où il était détenu. Nedim Türfent s’est vu refusé sept fois le droit de se présenter en personne devant le tribunal. À la place, il a témoigné via le système de conférence judiciaire SEGBİS, avec de gros problèmes de connexion et d’interprétation. Sur les 20 témoins appelés, 19 sont revenus sur leur déclaration, affirmant qu’elle avait été obtenue sous la torture. En dépit de ces preuves flagrantes de violation de son droit à un procès équitable, Nedim Türfent a été condamné à huit ans et neuf mois de prison pour « adhésion à une organisation terroriste » et « diffusion de propagande terroriste » le 15 décembre 2017.

Le verdict a été maintenu par la Cour d’appel régionale d’Erzurum le 19 juin 2018 et par la Cour suprême de cassation de la Turquie en octobre 2019. Les avocats de Nedim Türfent ont déposé un recours devant la Cour constitutionnelle turque en juillet 2018 et la Cour européenne des droits de l’homme le 4 février 2019. Les deux Cours n’ont pas encore statué. En attendant son appel, Nedim Türfent passe son temps à étudier le turc, l’anglais et l’allemand et à écrire de la poésie.

PEN International a lancé une campagne de solidarité avec Nedim Türfent en décembre 2018 en faisant de son cas une priorité pour l’association. En février 2019, plus de 600 personnes, y compris une multitude de membres de 25 Centres PEN, ont signé un appel général pour demander sa remise en liberté immédiate et sans condition. Nedim Türfent figure au programme de la Journée mondiale de la poésie de PEN, avec un de ses poèmes traduit dans 18 langues.

La Turquie est le pays qui emprisonne le plus de journalistes au monde. Au moins 130 journalistes sont toujours en prison au moment de l’écriture de ce texte. Bien que la situation se soit considérablement dégradée depuis la tentative de coup d’État survenue le 15 juillet 2016, le cas de Nedim Türfent met en avant le nombre important d’arrestations ayant eu lieu avant cet événement. La liberté d’expression en Turquie est attaquée depuis bien longtemps et pas moins de 30 journalistes ont été emprisonnés avant juillet 2016. Pour plus d’informations concernant la situation de la liberté d’expression en Turquie et la façon dont les autorités turques continuent leur répression implacable de l’espace public, de la liberté des médias et des voix dissidentes, cliquez ici.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Aurélia Dondo à PEN International, Koops Mill, 162-164 Abbey Street, Londres, SE1 2AN, Royaume-Uni Tél. : +44 (0) 20 7405 0338 Fax +44 (0) 20 7405 0339 e-mail : Aurelia.dondo@pen-international.org