PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

MEXIQUE : Le PEN condamne le meurtre d’un journaliste et les attaques contre les medias

jeudi 6 août 2020 - 0:25pm

Pablo Morrugares

Le PEN International et les Centres PEN San Miguel de Allende et Guadalajara condamnent le meurtre du journaliste mexicain Pablo Morrugares le dimanche 2 avril 2020 à Iguala, Guerrero, et les attaques avec armes à feu contre El Diario de Iguala, le 4 avril.

Le meurtre du journaliste s’ajoute à la longue liste de plus de 130 journalistes et correspondants assassinés au Mexique pour leur travail d’information. De même l’attaque du journal s’avère en être une manifestation supplémentaire. Le Mexique continue à être l’un des pays les plus dangereux pour exercer le journalisme en Amérique”, déclare Sabil Tripathi, Président du Comité des Écrivains en Prison du PEN International.

Pedro Morrugares était journaliste et directeur du portail PM Noticias. Il a été assassiné par un groupe d’hommes armés. Depuis 2015, il était sous la protection du Mécanisme de Protection des Personnes défendant les droits de l’Homme et des journalistes, du secrétariat du Gouvernement, en raison des menaces qu’il recevait constamment : ainsi, en mai 2020, il a été victime d’une agression en compagnie de son épouse et en janvier 2018, il avait été menacé par des groupes criminels avec un narcomanta (message laissé par un cartel de la drogue sur une bannière de tissu, ndt). A cause de cela, au moment de sa mort, une escorte chargée de sa protection fut aussi tuée. En accord avec l’organisation Reporters sans Frontières, les médias et son portail de nouvelles, Morrugares réalisait une enquête et publiait des informations sur la sécurité et sur des groupes criminels.

En rapport avec les attaques envers El Diario de Iguala où l’on imprime trois journaux locaux, la direction du média a publié un communiqué où elle affirme que c’est la première fois en plus de trente ans qu’ils sont menacés dans leur exercice du journalisme.

Le PEN connaît quelques journalistes qui ont été déplacés pour avoir exercé leur travail d’investigations journalistiques dans l’état de Guerrero et, selon les rapports d’ARTICLE 19, des journalistes sont menacés et font l’objet de protection. En 2019, il y a eu une augmentation de 66,66 % d’attaques contre la presse dans cet État.

Le PEN reconnaît que les autorités locales et fédérales de Mexico ont condamné publiquement ces assassinats, de même que l’attaque envers les médias, cependant ces positions doivent se convertir en mesures concrètes de protection aussi bien qu’en la révision des actions offertes par le Mécanisme.

Le PEN International demande au Parquet Spécial de Vigilance à l’égard des Infractions commises contre la Liberté d’Expression (FEADLE) d’enquêter de manière exhaustive sur l’assassinat de Pedro Morrigares et son rapport avec le travail d’information du journaliste. Le PEN demande d’urgence au Mécanisme de protection envers les personnes défendant les Droits de l’homme et les journalistes d’apporter sa protection aux familles des journalistes et de revoir les moyens de protection envers les journalistes de ce pays.

Version française par le Pôle Traduction du PEN Français