PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

A l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, PEN International demande à la communauté internationale de « faire de la place » aux auteurs déplacés

mercredi 20 juin 2018 - 10:22am

Off Panelists

Le 20 juin 2018, pour marquer la Journée mondiale des réfugiés, PEN International souligne les défis spécifiques rencontrés par les écrivains obligés de fuir leur pays à cause des persécutions qu’ils subissent dans le cadre de leurs activités. L’organisation a publié un mémo qui présente sa campagne internationale, « Make Space » (faire de la place) pour soutenir les auteurs déplacés. La campagne s’appuie sur la vaste expérience de PEN International en matière de collaboration avec des auteurs réfugiés ou demandeurs d’asile, en défendant leurs droits, en leur apportant une assistance financière, professionnelle et sociale par l’intermédiaire de ses Centres situés dans le monde entier. L’une des missions principales de PEN est de lutter contre la haine et la discrimination et, pour y parvenir, de promouvoir la culture, l’art et la liberté d’expression.

« Les auteurs - qu’il s’agisse de journalistes, de poètes, de blogueurs – se trouvent en première ligne, car ils font état et écrivent des histoires critiques sur des questions telles que des conflits, la corruption ou les violations de droits de l’homme, ce qui fait souvent d’eux des cibles de persécution. Nous travaillons au quotidien avec des auteurs qui subissent harcèlement, menaces, peines de prison et violence. La campagne Make Space de PEN fait partie de notre expérience presque centenaire de travail de protection des auteurs en danger en nous assurant qu’ils disposent d’un espace protégé pour continuer à travailler et se faire entendre. » a déclaré Ebony Riddell-Bamber.

La campagne Make Space de PEN a été lancée en 2017 et est soutenue par de nombreux auteurs parmi les membres de PEN du monde entier, elle a pour objectif d’offrir de soutenir les auteurs forcés à se déplacer ou qui vivent en exil. L’organisation fait également appel à la communauté internationale en vue de reconnaître les besoins spécifiques en protection des auteurs déplacés et réfugiés et la mise en place d’un nombre plus important de programmes de déplacement pour les auteurs, tels que ceux proposés par le International Cities of Refuge Network (ICORN) ; l’un des partenaires principaux de PEN International dans la protection des auteurs en danger.

La campagne a été soutenue par plus de 200 auteurs, lauréats du prix Nobel, les Centres PEN et les membres du Cercle des écrivains de PEN, dont Jennifer Clement, la présidente de PEN, Ngugi wa Thiong’o, Elfriede Jelinek, Ahmedurrashid Tutul, Stephen Fry, Hanan Al-Shaykh, Karl Ove Knausgaard, Salman Rushdie, Ece Temelkuran,

Sanna Aoun, Margaret Atwood, Neil Gaiman, Yann Martel, Mario Vargas Llosa, Sofi Oksanen, Urvashi Butalia, Chigozie Obioma, DBC Pierre, Noo Saro-Wiwa, Isabel Allende, Inua Ellams, Ocean Vuong, Rafeef Ziadah, Elena Poniatowska, John Raulston Saul, et Viet Thanh Nguyen. Extrait de la déclaration :

« Certains d’entre nous ont été déplacés, certains d’entre nous sont des réfugiés et des demandeurs d’asile, certains d’entre nous vivent en exil ou ont été forcés de se cacher dans nos propres pays. Mais nous sommes tous des auteurs et nous utilisons les mots de façon à transmettre les idées et à informer la société qui nous entoure. En outre, qui que nous soyons, où que nous soyons, lorsque nous faisons consciemment de l’espace pour les histoires des communautés déplacées au sein de la nôtre, nous faisons de l’espace pour une compréhension culturelle mutuelle qui nous enrichit et nous rassemble, en dérangeant les systèmes de division qui nous aliènent et nous déshumanisent. Il est temps d’agir et d’agir ensemble. »

Grâce à ce travail, PEN crée des occasions de promouvoir les écrits des auteurs déplacés et réfugiés, en soutenant la parole des auteurs déplacés dans les débats internationaux sur la migration, en augmentant l’impact et la portée de notre travail de protection auprès des auteurs en danger et en luttant contre la xénophobie et la haine.

Déclaration d’Isabel Allende, l’auteure chilienne de renom, qui fut elle-même réfugiée, sur l’espoir que cette campagne soit apte à lutter contre la xénophobie par le partage des cultures et la littérature :

« Il est très facile de créer un sentiment de haine lorsque l’on parle de chiffres, mais lorsque vous voyez les visages des gens, lorsque vous les regardez dans les yeux un par un, alors tout change et c’est aussi le rôle de l’art et de la littérature. »

Lire le mémo dans son intégralité ici. Lire la déclaration de mission Make Space ici.

REMARQUES À L’ATTENTION DES RÉDACTEURS

PEN International célèbre la littérature et promeut la liberté d’expression. Fondée en 1921, notre communauté internationale d’auteurs comprend désormais 144 centres situés dans plus de 100 pays. Nos programmes, campagnes, événements et publications rassemblent les auteurs et les lecteurs pour accroitre la solidarité et la coopération internationale. PEN International est une organisation apolitique et dispose d’un statut consultatif aux Nations-Unies et à l’UNESCO.

Pour de plus amples informations, contactez Sahar Halaimzai : sahar.halaimzai@pen-international.org | + 44 (0) 20 7405 0338 #MakeSpace |www.pen-international.org/makespace |Twitter : @pen_int