PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

Russie : Le PEN déplore la condamnation de l’homme de théâtre Kirill Serebrennikov

vendredi 26 juin 2020 - 3:07pm

Kirill Serebrennikov

Le PEN International et le PEN Moscou déplorent la décision par laquelle la Cour Meshchansky de Moscou a reconnu aujourd’hui Kirill Serebrennikov coupable de fraude à grande échelle en rapport avec son détournement présumé de fonds publics. Il a été condamné à une peine de trois ans d'emprisonnement avec sursis ainsi qu’à une amende substantielle et à l’indemnisation des dommages présumés.

La condamnation de Kirill Serebrennikov est une offense à la justice et nous appelons à l’annulation de cette décision. Dans cette affaire clairement montée de toutes pièces, la procédure a permis d’illustrer la précarité du droit à un procès équitable pour les voix dissidentes en Russie”, a déclaré Carles Torner, Directeur Exécutif du PEN International.

Kirill Serebrennikov, qui a exprimé des critiques à l'égard de la politique du gouvernement russe à plusieurs reprises, est le directeur artistique du Centre Gogol, une compagnie d’avant garde expérimentale réputée pour ses créations contemporaines traitant souvent de thématiques politiques ou sexuelles.

L’affaire présente, qui a débuté en Mai 2017 lorsque l’appartement de Kirill Serebrennikov et les locaux du Centre Gogol ont été dévalisés, gravite autour de fonds attribués à la compagnie de théâtre Septième Studio entre 2011 et 2014 pour Plateforme. Il s'agissait d’un projet de danse contemporaine, de musique ainsi que de théâtre populaire et grand public. Les enquêteurs ont prétendu que ce volet n’avait jamais été organisé, ce que Kirill Serebrennikov a toujours contesté.

L’enquête et la procédure judiciaire sont emblématiques de la pression croissante exercée sur la liberté artistique en Russie et la condamnation de Kirill Serebrennikov, dont la conclusion était prévisible, risque désormais d’avoir un effet dissuasif sur les créateurs de théâtre et d’autres artistes, leur créativité étant freinée par l’auto-censure”, a déclaré Alexander Arkhangelsky, Président du PEN Moscou.

Si l'utilisation des fonds alloués pour les productions théâtrales est un processus notoirement obscur, de nombreux artistes et intellectuels en Russie ont affirmé d’emblée que les poursuites reposaient sur des motifs politiques, en les situant dans le contexte de l’étouffement des voix dissidentes par les autorités russes.

Version française par le Pôle Traduction du PEN français