PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

Russie : Mettre fin à l’impunité des crimes contre les journalistes

lundi 6 septembre 2021 - 10:05am

Natalia Estemirova

Les autorités russes doivent mettre fin de toute urgence au cycle d’impunité pour les crimes commis contre les journalistes, ont déclaré aujourd’hui PEN International, PEN Moscou et le PEN de Saint-Pétersbourg, après que la Cour européenne des droits de l’homme eut statué que les autorités n’avaient pas enquêté correctement sur le meurtre de la journaliste et militante des droits de l’homme, Natalia Estemirova. Journaliste et militante des droits de l’homme travaillant pour le centre des droits de l’homme Mémorial en Tchétchénie, a été enlevée par des hommes armés non identifiés le 15 juillet 2009 près de son domicile à Grozny et retrouvée morte le même jour dans la République d’Ingouchie voisine. Elle avait 51 ans. Douze ans plus tard, personne n’a été traduit en justice pour son meurtre.

« Natalia Estemirova était une journaliste et militante intrépide qui a travaillé sans relâche pour dénoncer les violations des droits de la personne en Tchétchénie. Elle a dû quitter la Russie à deux reprises pour une question de sécurité, mais elle est retournée en Tchétchénie malgré les dangers auxquels elle faisait face. Pour cette raison, elle a payé le prix ultime. Nous exhortons les autorités russes à mettre en œuvre la décision contraignante de la Cour européenne des droits de l’homme. Ils doivent assurer une enquête impartiale, rapide, approfondie, indépendante et efficace sur son enlèvement et son meurtre; de plus, elles doivent demander des comptes aux responsables de sa disparition et de sa mort », a déclaré Salil Tripathi, président du Comité des écrivains emprisonnés de PEN International.

Natalia Estemirova était une amie intime de la journaliste d’enquête et membre du PEN, Anna Politkovskaïa, qui a été abattue en 2006 dans le hall d’entrée de l’immeuble au centre de Moscou où elle habitait.

Traduction : Jean-Pierre Pelletier