PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

Turquie/Syrie : des médias et journalistes sont l’objet d’attaques

jeudi 17 octobre 2019 - 9:27am

De la fumée s’élevant de la ville syrienne de Ras al-Ain, le 13 octobre 2019

Lire l’article en intégralité ici (en anglais)

Le PEN International condamne fermement les attaques contre les journalistes et la répression actuellement exercée à l’encontre des médias à la suite de l’offensive turque dans le Nord de la Syrie, appelant toutes les parties à protéger l’intégrité des journalistes et à faire respecter les droits à la liberté d’expression et d’opinion.

Le 9 Octobre 2019, les forces armées turques ont commencé à bombarder certaines parties du nord de la Syrie, contrôlées par des groupes menés par les Kurdes qui avaient auparavant fait alliance avec les État-Unis. Les autorités turques ont déclaré vouloir établir une “zone de sécurité” sur une profondeur de 32 kilomètres et transférer des millions de réfugiés syriens de la Turquie. Depuis lors, les forces menées par les Kurdes sont parvenues à un accord avec les forces gouvernementales syriennes, négocié par la Russie, dans l’espoir de repousser l’attaque.

D’après des rapports, l’offensive turque a déjà provoqué le déplacement de 100.000 civils et un grand nombre de victimes, notamment par le biais d’exécutions sommaires. Le 11 Octobre, dans le sud-est de la Turquie, des journalistes ont déclaré avoir été pris pour cibles par un sniper. Le 13 Octobre, deux journalistes auraient été tués et plusieurs autres blessés lors d’un raid aérien turc sur un convoi de civils près de Ras al-Ain, dans le nord de la Syrie.

Nous sommes consternés par les rapports faisant état d'attaques contre des journalistes à la suite de l’offensive turque dans le nord de la Syrie. Les journalistes ont le droit d’accomplir leur travail librement et à l’abri de la peur, particulièrement en situation de conflit. Nous appelons toutes les parties à diligenter immédiatement et efficacement des enquêtes ainsi qu’à déférer tous les auteurs en justice selon des procédures équitables. Nous les exhortons, en outre, à respecter pleinement les obligations qui découlent pour elles du droit international humanitaire”, a déclaré Emmanuel Pierrat, Président du Comité des Écrivains pour la Paix au PEN International.

En Turquie, au moment où elles ont lancé leur attaque militaire, les autorités auraient restreint l’accès à des plateformes de réseaux sociaux et à des services de messagerie pendant 48 heures dans au moins trois villes proches de la frontière turco-syrienne. Le 10 Octobre, le Bureau du Procureur Général à Istanbul a publié un communiqué interdisant les reportages d’actualité critiques et les commentaires sur l’offensive, tout en menaçant ceux qui oseraient faire entendre une voix dissidente de peines d'emprisonnement.

Hakan Demir, éditeur en ligne du quotidien BirGün, et Fatih Gökhan Diler, rédacteur en chef du site d’actualités Diken, ont tous deux été brièvement placés en détention le 10 Octobre ; le premier pour un tweet sur l’offensive, le second pour un reportage citant un porte-parole des Forces Démocratiques Syriennes menées par les Kurdes. Hakan Demir et Fatih Gökhan Diler ont ensuite vu prononcé à leur encontre une interdiction de voyager.

“À l’occasion de précédentes opérations militaires turques en Syrie, des centaines de personnes ont été poursuivies en justice pour des publications sur des réseaux sociaux promouvant la paix. La Turquie demeure le pays qui emprisonne le plus de journalistes dans le monde. Les autorités turques doivent mettre fin à la répression des médias une fois pour toutes et permettre aux journalistes d’opérer librement”.

La population syrienne a déjà enduré huit longues années de violence sanglante. En tant que membres du PEN, nous respectons notre Charte et nous engageons à faire tout notre possible pour dissiper toutes haines et défendre l’idéal d’une seule humanité vivant dans la paix et l’égalité au sein d’un monde commun. Nous demeurons profondément préoccupés par la menace que ce conflit, en cours depuis plusieurs années, représente pour la sûreté et la sécurité de toutes les personnes en Syrie ainsi que pour la paix, la sécurité et les aspirations de la population au sein de la région. Nous appelons, une nouvelle fois, toutes les parties à mettre un terme au conflit en Syrie et à permettre que l’État de droit ainsi que la liberté d’expression soit pleinement et sans délai respectés “, a ajouté Emmanuel Pierrat.

Pour plus de détails, contactez Aurélia Dondo at PEN International, Koops Mill, 162-164 Abbey Street, London, SE1 2AN, UK Tel: +44 (0) 20 7405 0338 Fax  +44 (0) 20 7405 0339 e-mail: Aurelia.dondo@pen-international.org