PEN International © 2017
Terms & Conditions | Privacy Statement

Journée de l’écrivain en prison 2020

Journée de l’écrivain en prison 2020

Le 15 novembre, journée de l’écrivain en prison, PEN International appelle à une action internationale urgente pour protéger les écrivains et les journalistes du monde entier, qui sont de plus en plus souvent pris pour cible en raison de leur travail pacifique en faveur de la liberté d’expression.

Les écrivains emprisonnés comptent sur PEN pour plaider pour leur liberté et défier ceux qui veulent les faire taire. Du soutien pratique pour des écrivains en quête d’asile ou en exil, à l’utilisation de nos plateformes pour partager leurs paroles, en passant par faire pression sur les puissants – ce travail est seulement possible avec votre soutien. Button?p=eyJJZCI6IjM1NzM5NmJhLTlmOTQtNGFiMi05MGU4LTg1ZTg5MDBiOTEyNCIsIkNoYXJpdHlJZCI6MjI0MjUyLCJTaXplIjoibCIsIlJlZmVyZW5jZSI6IiIsIlR5cGUiOiJEb25hdGUifQ==


Cette année, PEN met en lumière les cas de:

Sedigeh Vasmaghi

Focus-Cases-FR-Vasmaghi-FB_201109_122020.jpg#asset:9170


Osman Kavala

Focus-Cases-FR-Kavala-FB_201109_122102.jpg#asset:9171


Chimengul Awut

Focus-Cases-FR-Awut-FB_201109_122134.jpg#asset:9172


Paola Ugaz

Focus-Cases-FR-Ugaz-FB_201109_122310.jpg#asset:9174


Kakwenza Rukirabashaija

Focus-Cases-FR-Rukirabashaija-FB_201109_122342.jpg#asset:9175

Que puis-je faire pour la journée de l’écrivain en prison ?

Envoyez des e-mails ou des tweets au nom de chacun des écrivains cités ici et attirez l’attention sur leur situation en utilisant #ÉcrivainEmprisonné #ImprisonedWriter.

Lisez les lettres de solidarité pour soutenir nos écrivains emprisonnés:

  • Ma Thida écrit à Chimengül Awu
  • Yann Martel écrit à Kakwenza Rukirabashaija
  • Lisa Appignanesi écrit à Sedigeh Vasmaghi
  • Elena Poniatowska écrit à Paola Ugaz
  • Andrey Kurkov écrit à Osman Kavala

En quoi consiste la journée de l’écrivain en prison ?

Chaque année, PEN attire l’attention sur le cas de cinq écrivains persécutés, qu’ils soient emprisonnés, poursuivis ou en danger. Ces cas mettent en évidence le type de menaces et d’attaques que subissent quotidiennement les écrivains et les journalistes dans le monde entier.

Les centres PEN et leurs membres dans le monde entier s’engagent à défendre ces cas aux alentours de cette journée. Les écrivains envoient des lettres de solidarité à leurs collègues emprisonnés ou menacés. Les lettres de cette année nous viennent de Yann Martel, Elena Poniatowska, Ma Thida, Lisa Appignanesi et Andreï Kourkov.

En quoi la journée de l’écrivain en prison fait-elle une différence ?

L’année dernière, au moins 29 centres PEN, représentant tous les continents, ont profité de la journée de l’écrivain en prison pour attirer l’attention sur les cas d’écrivains en danger et demander une protection. Les activités comprenaient la rédaction de lettres, des discussions de groupe, des conférences de presse et la publication des travaux d’écrivains en prison.

Trois des cinq écrivains présentés lors de la campagne de 2018 ont été libérés. Dans le cadre de la campagne de 2019, la poétesse, militante et universitaire ougandaise Stella Nyanzi a remporté le prix Oxfam Novib/PEN International 2020 avant sa libération.

Pour tous les écrivains présentés, la campagne permet de sensibiliser le public à leur situation, renforcer le travail de défense de leurs intérêts et garantir qu’eux-mêmes et leurs familles se sentent soutenus et non oubliés.

« Il est difficile de réduire au silence la voix d’un écrivain. Depuis les écarts entre les barreaux des cages, depuis l’espace laissé volontairement vide dans les lettres, depuis les mots échangés avec les visiteurs, depuis les livres disponibles à l’extérieur des prisons, depuis la mémoire des lecteurs, depuis la solidarité des défenseurs, les mots de l’écrivain en prison s’échappent, se répandent et retentissent dans les librairies et les cafés, sur Internet et sur les places publiques. À l’occasion de la journée de l’écrivain en prison, nous exprimons notre solidarité avec nos sœurs et frères privés de liberté, nous demandons leur libération et nous nous souvenons de leur courage et de leurs paroles, en les répétant, en les partageant et en les relayant, en les faisant retentir, en brisant le silence désiré par leurs geôliers. » Salil Tripathi, président du comité des écrivains en prison de PEN, écrivain et journaliste.


Pour de plus amples informations, veuillez contacter Sabrina Tucci, responsable de la communication et des campagnes, Sabrina.Tucci@pen-international.org

tél. +44 (0)20 7405 0338 |Twitter : @pen_int | Facebook : www.facebook.com/peninternational | www.pen-international.org

Note aux rédacteurs :

PEN International promeut la littérature et la liberté d’expression en s’appuyant sur sa Charte et sur un principe fondamental : la libre circulation des idées au sein de toutes les nations et entre toutes les nations. Fondé à Londres en 1921, PEN International - le secrétariat de PEN - crée un lien entre une communauté internationale d’écrivains. Si l’organisation est un forum où les écrivains se retrouvent librement pour parler de leur travail, elle est aussi la voix des écrivains qui sont réduits au silence dans leur pays. Par l’intermédiaire de ses centres répartis dans plus de 100 pays, PEN est présent sur les cinq continents. PEN International est une organisation non politique qui bénéficie du statut consultatif spécial auprès des Nations unies et du statut d’associé à l’UNESCO. PEN International est une association caritative enregistrée en Angleterre et au pays de Galles sous le numéro 1117088


Button?p=eyJJZCI6IjM1NzM5NmJhLTlmOTQtNGFiMi05MGU4LTg1ZTg5MDBiOTEyNCIsIkNoYXJpdHlJZCI6MjI0MjUyLCJTaXplIjoibCIsIlJlZmVyZW5jZSI6IiIsIlR5cGUiOiJEb25hdGUifQ==